lundi 8 mars 2010

Hommage au grand cinéma espagnol

C'est une salle vieillotte. Sur les sièges de velours rouges se posent inconfortablement des corps usés.
L'image d'abord n'est pas bien dimensionnée puis le film arrive.

Alors disparait la réalité qui laisse place à la magie d'Almodovar.
Un tourbillon d'images, de couleurs et de musique vient emporter le spectateur consentant. La beauté des corps, le charme des voix, la folie quotidienne dévoilée dans toute sa douceur. Le temps d'une pellicule chacun est libéré de soi, heureux d'entrer par la fenêtre chez un autre ou une autre.

Quoi de plus envoutant qu'un film du maitre sur le cinéma ?

Aucun commentaire:

Membres

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Nomade globale, un kaléidoscope de paysages et de sensations en permanence en mouvement dans ma tête.
compteur pour blog